Logo ARS


Plan hivernal grand froid

Du 1er novembre au 31 mars, l'ARS Paca se mobilise aux côtés du Préfet de région et rappelle les recommandations à suivre pour se prémunir des risques liés aux vagues de froid hivernales.

Le grand froid, le vent glacé, la neige sont des risques météorologiques à ne pas négliger. Ils peuvent être dommageables pour la santé, surtout pour les personnes fragiles ou souffrant de certaines pathologies.

Leurs effets sont insidieux et peuvent passer inaperçus. Il faut donc redoubler de vigilance en se protégeant personnellement et en veillant sur les personnes fragiles (personnes âgées, enfants, personnes précaires ou sans domicile).
Chaque année des centaines de personnes sont victimes de pathologies provoquées par le froid.

Sont en cause :

  • Les maladies liées directement au froid telles que les gelures ou l’hypothermie, responsables de lésions graves, voire mortelles ;
  • L’aggravation de maladies préexistantes (notamment cardiaques et respiratoires) ;
  • Des effets indirects comme le risque accru d’intoxication au monoxyde de carbone due au dysfonctionnement d’appareils de chauffage (au gaz, au fioul ou au charbon) ou à une utilisation inappropriée d’un moyen de chauffage (chauffage d’appoint utilisé en continu) ou encore lorsque les aérations du logement ont été obstruées. > En savoir plus
Le rôle de l'Agence régionale de santé Paca

Du 1er novembre au 31 mars, l'Agence régionale de santé Paca apporte son concours au préfet de région en assurant l’organisation de la permanence des soins en médecine ambulatoire au niveau des départements (CODAMUPS), une programmation anticipée et coordonnée des capacités d’hospitalisation au niveau régional et au sein de chaque territoire de santé.

L’ARS appui les préfets de départements en cas de passage de la vigilance météorologique en orange ou en rouge « grand froid ».

La vigilance météorologique est déclinée par département. Quatre niveaux de couleur traduisent l’intensité du risque et un pictogramme apparaît dès le niveau orange.
L’Institut national de veille sanitaire (InVS) analyse les données épidémiologiques des systèmes de surveillance sanitaire ; L’InVS coordonne la surveillance de la grippe et recueille les données relatives au suivi des intoxications par le monoxyde de carbone (CO).
L'Agence régionale de santé transmet hebdomadairement au département des urgences sanitaires (DUS) de la Direction générale de la santé (DGS) les informations relatives à l’état de l’offre de soins dans les établissements de santé (ES) et les évènements de tension hospitalière. Des dispositifs préventifs spécifiques concernent principalement l’émergence d’épidémies infectieuses et l’intoxication au CO.
Les établissements de santé doivent actualiser leurs dispositifs « hôpital en tension », plan blanc et plan de continuités d’activités, vérifier leur inscription au service prioritaire (ERDF) et vérifier périodiquement leur source de remplacement électrique (groupes électrogènes). Les EMS doivent s’assurer de la mise en place des plans bleus et des dossiers de liaison d’urgence.