Logo ARS


Qualité de l'air intérieur

Nous passons la plus grande partie de notre temps dans un espace clos, c’est pourquoi il faut être attentif à la qualité de l’air à l’intérieur des bâtiments.

Outre les polluants apportés par l’extérieur, de nombreuses substances peuvent être émises à l’intérieur des locaux, notamment par les matériaux de construction, d’ameublement et de décoration, les colles, les appareils à combustion, les animaux et les diverses activités humaines (tabagisme, activités de cuisine, d’entretien et de bricolage, bureautique, etc.).

Ces polluants peuvent avoir des effets sanitaires divers tels que : asthme, allergies respiratoires, irritation du nez et des voies respiratoires, et certaines substances avoir un effet cancérigène.

Les sources de pollution de l'air intérieur

Les sources de pollution présentes à l’intérieur des logements sont multiples : produits de construction et de décoration, d’ameublement, d’entretien, de bricolage, équipements de chauffage et de production d’eau chaude, tabagisme, utilisation de bougies, d’encens, présence de plantes ou d’animaux domestiques (allergènes), air extérieur, etc. Les polluants présents à l’intérieur des bâtiments sont donc de natures très diverses : monoxyde de carbone, radon, fibres minérales ou artificielles (amiante), composés organiques volatils (formaldéhyde, benzène, solvants chlorés,…), allergènes d’animaux, bactéries (légionelles, etc.), humidité, moisissures, biocides, etc.

Les risques pour la santé peuvent être diminués par une maîtrise des sources polluantes et par une ventilation qui garantisse un renouvellement d’air suffisant.

Dans le domaine de la qualité de l’air intérieur, l’ARS intervient à plusieurs niveaux :

- Elle contribue à l’information et à la sensibilisation du public, des élus, et des professionnels sur les  risques sanitaires et sur les facteurs susceptibles d'affecter la qualité de l'air intérieur.

- Elle est amenée à réaliser des enquêtes dans les bâtiments (habitations, établissements recevant du  public) sur divers problèmes liés à la qualité de l’air intérieur, notamment les intoxications au monoxyde de  carbone, les cas de légionellose, les problèmes liés à l’humidité,etc.

- Elle informe les établissements sanitaires et médico-sociaux de leurs obligations réglementaires vis à vis  de l’amiante (diagnostic, travaux, etc.) et s'assure de leur prise en compte.