Logo ARS


Canicule et chaleurs extrêmes

 

Comme chaque année depuis 2004, le niveau de veille saisonnière du Plan national canicule (PNC) est activé du 1er juin au 31 août afin de prévenir et limiter les effets sanitaires d'une vague de chaleur.

L'ARS Paca participe au processus de décision en apportant son analyse et en assurant, avec la Cellule de l'InVS en régions Paca et Corse (Cire Sud), une veille sanitaire. Elles coordonnent leur action avec les services des préfectures de département et des conseils départementaux de la région.

A l'occasion du déclenchement du niveau 1 - veille saisonnière, et bien qu'aucun épisode majeur de canicule n'ait été constaté depuis plusieurs années, il est important que chacun se prépare avant l'été à la survenue d'un éventuel épisode de canicule, reste mobilisé et fasse preuve de solidarité au sein du cercle familial comme en dehors.

L’exposition prolongée à la chaleur est un stress important pour l’organisme.

Il peut être la cause initiale d’accidents graves tels que le coup de chaleur. Les fortes chaleurs peuvent aussi aggraver des maladies préexistantes.

Plan national canicule et vigilance météorologique

Les différents niveaux d’activation du Plan National Canicule s’articulent avec les 4 couleurs de vigilance météorologique :

  • Le niveau 1 - veille saisonnière correspond à la carte de vigilance verte de Météo France
  • Le passage au niveau 2 - avertissement chaleur correspond à la carte de vigilance jaune de Météo France
  • Le passage au niveau 3 - alerte canicule correspond à la carte de vigilance orange de Météo France
  • Le passage au  niveau 4- mobilisation maximale correspond à la carte de vigilance rouge de Météo France

> En savoir plus sur la vigilance météorologique

Quatre niveaux progressifs d'actions
  • Le niveau de veille saisonnière, activé entre le 1er juin et le 31 août, correspond à la mise en œuvre, au niveau national :

> du dispositif de veille biométéorologique, assuré par Météo-France et l’Institut de veille sanitaire, qui permet de détecter la survenue d’une canicule,
> du dispositif d’information et de communication, avec notamment, le numéro vert activé par le ministère chargé de la Santé.

  • Le niveau d'avertissement chaleur est une phase de veille renforcée permettant aux différents services de se préparer à une montée en charge en vue d’un éventuel passage au niveau 3 - alerte canicule et de renforcer des actions de communication locales et ciblées (en particulier la veille de week-end et de jour férié).
     
  • Le niveau d'alerte canicule est déclenché par les préfets de département concernés. A ce niveau, des actions de prévention et de gestion sont mises en place par les services publics et les acteurs territoriaux de façon adaptée à l’intensité et à la durée du phénomène : actions de communication visant à rappeler les actions préventives individuelles à mettre en oeuvre (hydratation, mise à l’abri de la chaleur, ...), déclenchement des « plans bleus » dans les établissements accueillant des personnes âgées ou handicapées, mobilisation de la permanence des soins ambulatoires, des Services de Soins Infirmiers A Domicile (SSIAD), et des Services d’Aide et d’Accompagnement à Domicile (SAAD), activation par les mairies des registres communaux avec aide aux personnes âgées et handicapées isolées inscrites sur les registres, mesures pour les personnes sans abri, etc.

  • Le niveau de mobilisation maximale est déclenché sur instruction du Premier ministre, sur avis conjoint du ministre chargé de la santé et du ministre chargé de l’intérieur, en cas de canicule intense et étendue sur une large partie du territoire lorsque la canicule associée à des phénomènes dépassant le champ sanitaire (sécheresse, approvisionnement en eau potable, saturation des hôpitaux ou des pompes funèbres, panne d’électricité, feux de forêts, nécessité d’aménagement du temps de travail ou d’arrêt de certaines activités…). La crise devenant intersectorielle, elle nécessite une mobilisation maximale et une coordination de la réponse de l’Etat avec l’activation de la Cellule Interministérielle de Crise (CIC) qui regroupe l’ensemble des ministères concernés.

Dispositif en région

Les préfets de département garantissent l'articulation opérationnelle entre les agences régionales de santé et les directions départementales en charge de la cohésion sociale (Direction départementale de la cohésion sociale, Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations).

Dans chaque département, un comité départemental canicule est mis en place en début de saison. Il comprend les services de la Préfecture, l'ARS, la DDCSPP, le rectorat, Météo-France, le président du Conseil Général et les maires des principales communes.

Le rôle spécifique de l'agence régionale de santé

Le plan canicule précise qu'au regard de leurs attributions propres en matière de prévention, de soins et de prise en charge médico-sociale, les agences régionales de santé apportent leur appui aux préfets dans la mise en oeuvre du dispositif «canicule».

Pendant la période estivale, elles s’assurent d’une part, de l’organisation de la permanence des soins en médecine ambulatoire dans les départements et d’autre part, d’une programmation anticipée et coordonnée au niveau régional et au sein de chaque territoire de santé, des capacités d’hospitalisation et de leur adaptation en fonction des fluctuations saisonnières.

Dans le cadre du plan canicule, la Cire Sud a pour mission de centraliser, d’interpréter et de transmettre à l’Institut de veille sanitaire (InVS) et aux partenaires de la veille sanitaire des indicateurs de mortalité et de morbidité selon la périodicité définie au niveau national. Elle fournit, si nécessaire, une évaluation qualitative quotidienne de la situation sanitaire auprès des partenaires.